Skip to main content

Une caméra 360 degrés pour une visite virtuelle ? A quoi faire attention …

Avoir une excellente qualité visuelle est certainement la première chose que vos prospects remarqueront. Rendez vos visites plus belles que la réalité, plutôt que risquer de décourager le client par une qualité médiocre. Que faut-il avoir à l’oeil ?

Résolution de la caméra

Alors qu’une caméra d’entrée de gamme avec deux objectifs va vous donner une résolution de 5 à 6 k, si vous optez pour une caméra professionnelle à 6 ou 8 lentilles, vous atteindrez sans doute les 8 k de résolution, soit près du double. Voyez ici pourquoi la résolution est importante – mais pas tout- pour obtenir une bonne qualité visuelle.

Avec Nodalview, vous obteniez une résolution de 10 k, en prenant 8 photos (tous les 45 degrés, similaire à une caméra 360 à 8 lentilles) par panorama.

 

Haute plage dynamique (HDR)

En panoramas 360, vous shooterez immanquablement face au soleil ou d’une source lumineuse puissante, ou alors vous aimerez capturer correctement la scène extérieure surexposée à travers les larges fenêtres de votre appartement vue mer … et vous n’avez pas vraiment envie de surexposer la plage ou assombrir le salon ! La seule manière d’y arriver est de prendre des photos successives de la même scène en faisant varier l’exposition. Bien que les fonctions natives HDR présentes dans les caméras 360 sont déjà un bon début, seul le bracketting (ou rafale) vous donnera les meilleurs résultats dans les contre-jours les plus extrêmes.

Nodalview utilise le bracketting d’exposition (3 ou 5 clichés), en fonction des conditions de luminosité ambiante. Ce qui fait donc, si vous comptez bien, entre 24 et 40 photos par panorama. Dans ces conditions, il est impossible d’encore rater un panorama.

Pas d’erreurs de parallaxe.

En photographie panoramique, la règle numéro un est de shooter toujours à partir d’exactement le même point, appelé point nodal. L’objectif de la caméra doit donc tourner toujours au dessus de ce point fixe dans l’espace.

Malheureusement, par leur conception même, les objectifs des caméras 360 sont physiquement écartés l’un de l’autre, et ces caméras sont donc plus ou moins sujettes aux erreurs de parallaxe. Ceci se présente surtout dans les cas de scènes d’intérieur avec des objets proches. Au plus la distance entre les objectifs est grande, au plus grande est la possibilité d’avoir dans l’image assemblée des aberrations : lignes brisées, déviations, …

Déroulement des opérations (workflow)

Combien de temps pour shooter un panorama en mode HDR ou BRACKETTING (si disponible) ? A multiplier par le nombre de panoramas nécessaires … En effet, certaines solutions vont vous obliger à effectuer un maillage très serré, en imposant un panorama tous les 2 ou 3 mètres, ou même à chaque mètre lors des passages de porte, afin d’être en mesure de les assembler dans un environnement 3D. Ceci nécessite alors des sessions de shooting longues et laborieuses, avec des dizaines de panoramas inutiles par pièce, alors qu’un panorama aurait suffi, pris au point de vue le plus intéressant.

Et au fait, vérifiez également si l’assemblage automatique des panoramas en visite est possible avec la caméra proposée, où s’il faut rajouter manuellement les flêches de navigation/transition entre les panoramas.

Vous l’aurez deviné : Grâce à sa tête motorisée, Nodalview réalise un panorama en une trentaine de secondes, et l’assemblage est automatique, quelle que soit la distance entre les panoramas, du moment qu’ils sont en vue l’un de l’autre.